ART et MANAGEMENT : une convergence prometteuse

art et management
De prime abord, l’art, activité individuelle hors cadre, semble éloigné des notions d’organisation, profit ou rentabilité et des méthodes de gestion rationnelle d’une entreprise. 
De fait, l’art suscite souvent le scepticisme des directions et la méfiance des managers  attachés aux normes, aux processus et aux techniques établis.
Pourtant, art et management peuvent se nourrir mutuellement.
atelier-artiste.jpg
  • L’entreprise a beaucoup à apprendre de la démarche artistique, centrée sur :
    • la quête de sens : la démarche artistique véhicule des valeurs et poursuit une mission particulière ;
    • la gestion de projet : chaque œuvre requiert une véritable conduite de projet ;
    • la maîtrise des techniques de réalisation : sans maîtrise des techniques de base devenant avec la recherche et l’expérimentation des techniques personnelles originales, l’art n’existe pas. L’artiste est un technicien hors pair doublé d’un innovateur technique ;
    • un processus itératif : l’artiste interagit en permanence avec ses travaux en cours, procédant à des corrections et des aménagements permanents pour obtenir le résultat souhaité ;
    • une démarche originale et créative : ce qui distingue l’artiste de l’artisan, c’est sa capacité créative, sa quête de la nouveauté. On parle de «performance » ou d’originalité artistique ;
    • une démarche humaniste : à la fois vision singulière et regard réaliste sans concessions, l’art dit le monde qui nous entoure ;
    • une prise de risque totale : il n’y a aucune certitude que l’œuvre fonctionne ou soit bien accueillie par le marché ;
    • un marché de l’artdes plus concurrentiels : l’art n’a pas de frontières, la concurrence est globale. L’artiste est confronté à l’hyperconcurrence et à la nécessité matérielle de créer son marché et de constituer sa propre base de clients ;
    • Une œuvre d’art provoque une « expérience sensible utilisateur » (émotion, émerveillement, énergie). L’artiste doit maximiser cette expérience et faciliter l’accessibilité de son art s’il veut en vivre;
    • une création individuelle s’insère et interagit avec son environnement et la société ;
    • une démarche d’expression et de réalisation personnelle.
S’il souhaite  favoriser la collaboration et la créativité , le manager a tout intérêt à développer son potentiel créatif et à s’imprégner des processus artistiques favorisant la créativité de groupe et l’intelligence collective.
La créativité, qu’elle soit individuelle ou collective, est une attitude d’esprit qu’il est possible de stimuler au contact des artistes (interventions artistiques dans l’entreprise, visites d’ateliers, conférences…).
art et management.jpg
  • L’artiste a beaucoup à apprendre du management d’entreprise.
S’il veut vivre de son activité, l’artiste doit se comporter en véritable artiste-entrepreneur et gérer son activité artistique comme une entreprise.
Dans un marché de l’art contemporain ultra-concurrentiel, l’artiste doit:
  • se construire une identité et une marque authentiques,
  • inventer des procédés de communication et de vente inédits,
  • développer une gamme de produits dérivés de la production originale adaptés au marché. 
Cette démarche entrepreneuriale critiquée par les puristes ne signifie pas la fin de l’originalité ou de la créativité.
L’artiste entrepreneur produit « ce qui se vend » tout en développant les concepts artistiques de demain.  Disposer de moyens financiers issus de la vente de ses créations est un moteur de liberté et d’innovation.
Dans un monde nécessitant toujours plus d’ouverture, d’originalité, de flexibilité, art et management ont tout à gagner à multiplier les passerelles pour favoriser un management créatif et une création artistique organisée.
Publicités